Sept manières de former les étudiants en médecine aux échographes POCUS

July 20, 2017

Lorsque le Dr Peter Steinmetz a décidé que les diplômés en médecine de l'Université McGill devaient maîtriser parfaitement l'échographie Point-of-Care, il a rencontré de nombreux défis, notamment parce que le cursus de premier cycle de la faculté de médecine était déjà complet.

La première démarche du Dr Steinmetz a été de convaincre le comité d'exécution des programmes d’études que l’échographie était indispensable pour les futurs cliniciens. « L'échographie est pratiquée par des cliniciens dans le monde entier, et représente un complément idéal à l’enseignement de l’anatomie et à l'organisation d'examens physiques » explique le Dr Steinmetz. « Il faut démontrer de quelle façon vos étudiants en médecine peuvent acquérir les compétences nécessaires pour que l' échographie POCUS devienne un outil clinique utile. »

Voici quelques conseils du Dr Steinmetz pour mettre en place une formation en échographie et développer des compétences universitaires dans un programme de premier cycle sur quatre ans.

 

1. Expliquer qu'une formation POCUS au début des études se traduit par de meilleurs résultats cliniques

Des études médicales indiquent que les étudiants en médecine identifient plus précisément les pathologies cardiaques et repèrent plus efficacement un épanchement pleural s'ils utilisent POCUS. Il vaut mieux directement enseigner la technique POCUS aux élèves de l’école de médecine, plutôt que d'attendre qu'ils arrivent en stage "résident".

2. Prouver qu'enseigner l'utilisation de POCUS n’augmente pas la charge de formation

Le programme d’études en médecine à l’Université McGill est conçu pour répondre à des questions cliniques ciblées. Puisque l’échographie aide les cliniciens à rassembler des informations cliniques supplémentaires, nous avons pu démontrer que l’intégration de compétences POCUS dans certains domaines spécifiques du programme constituait une amélioration à la conception du programme. Par conséquent, il n'est pas nécessaire de consacrer des plages horaires supplémentaires à l'apprentissage de la technologie POCUS.

3. Développer l’infrastructure nécessaire à la viabilité du programme

À l’Université McGill, la solution consistait à installer 8 systèmes POCUS (achetés grâce au don d'un bienfaiteur) dans l'un des centres de simulation existants. Il faut être proactif dans la recherche d'intervenants dans le milieu universitaire, et s’assurer qu’ils sont déterminés à soutenir une infrastructure d'enseignement POCUS (systèmes, centre de simulation, formation médicale continue, etc.).

4. Récolter un budget suffisant pour embaucher du personnel et des instructeurs qualifiés POCUS

Prévoyez un budget et des ressources suffisantes pour engager d’excellents instructeurs POCUS. Construisez une équipe d'instructeurs renouvelables sur le long terme – des instructeurs certifiés et des enseignants/résidents avec une ou deux années d'avance sur les étudiants Les recrues idéales proviennent souvent de la médecine d’urgence et de la médecine de famille, où POCUS est déjà un dispositif standard.

5. Soutenir les initiatives POCUS avec des données solides

Étudiez toutes les informations sur la sécurité et l’amélioration des résultats cliniques liés à l'utilisation d'un système POCUS. Qui devrait enseigner, pourquoi et de quelle façon ? La précision des étudiants en médecine s'améliore-t-elle ? etc.

6. Mettre l’accent sur l'utilisation de la technologie POCUS pour améliorer les compétences cliniques des étudiants

Le programme d’études centré sur POCUS doit être adapté au reste du programme du premier cycle. Assurez-vous qu'il soit concret et synthétique. Prévoyez des objectifs clairs et précis quant aux techniques d'évaluation, mais aussi à la préparation des cours, des manuels, des supports vidéo... Tous les supports de cours doivent être pertinents et complémentaires.

7. Chercher sans cesse à améliorer la formation POCUS

Déterminez si les étudiants tirent profit de leurs cours et s’ils assimilent les compétences présentées. Grâce aux informations obtenues sur le terrain, n’hésitez pas à appliquer les modifications nécessaires.

 

Découvrez le webinaire du Dr. Steinmetz, « Un programme universitaire de premier cycle en échographie réparti sur quatre ans »

En guise de préparation pour le World Congress of Ultrasound in Medical Education consacré à l'échographie et à l'éducation, nous allons collaborer avec l’équipe de l'événement pour aider les fournisseurs et les étudiants en médecine à exploiter le potentiel des ultrasons dans leur pratique clinique. Dans ce webinaire Sonosite, le Dr Steinmetz explique comment démarrer et intégrer un programme sur l'échographie dans un cursus déjà chargé. Il recense les moyens pour développer les facultés et les ressources nécessaires afin de soutenir un programme sur l'échographie dans un cursus de premier cycle de quatre ans. 

Partager