Un M-TURBO sur la SPARTAN RACE à Morzine

July 11, 2017

Le weekend des 1er et 2 juillet, la jolie station de ski savoyarde de Morzine accueillait la célèbre et difficile course d’obstables Spartan Race ouverte à toutes les conditions physiques et à tous les niveaux. Des compétiteurs de toute l’Europe étaient au rendez-vous.

Boue, pluie, froid (12°C), rivière glaciale, toutes les conditions étaient réunies pour que la compétition soit à la hauteur de sa réputation. Dans ce genre de compétition, les organismes sont mis à rude épreuve et malheureusement de nombreuses blessures sont à déplorer. En tant que secouristes, mieux vaut s’y être préparer. Habitué des compétitions extrèmes, le Dr Bensalah, médecin réanimateur à l’hopital de armées St Anne de Toulon et responsable de l’unité de secours sur la Spartan Race a sollicité FUJIFILM SonoSite pour mettre à sa disposition un échographe M-Turbo pour l’aider à mieux gérer la prise en charge de ses patients.

Je vous invite à suivre le témoignage suivant du Dr Bensalah sur l’intérêt de disposer d’un échographe portable dans la médicalisation d’un événement sportif à risque.

« L’échographe est un outil simple, non invasif qui devient de plus en plus le deuxième œil, la 2nd oreille et la 2nd main du médecin. Ceci est encore plus vrai dans un contexte isolé lorsque le médecin n’a pas accès rapidement à des outils d’imagerie plus précis. Dans notre compétition (Spartan Race), cette définition prend tout son sens. Il s’agit d’une course d’obstacles pourvoyeuse d’accidents potentiellement graves (chute >5m, fractures, évènements cardio-vasculaires…).

Dans ce genre de situation isolée, l’échographe n’est pas pour le médecin généraliste un outil diagnostic précis (bien que l’appareil en ait la capacité) mais il est un outil permettant de guider une thérapeutique urgente ou au contraire, d’éliminer un diagnostic potentiellement grave. En réalité, comme en contexte pré-hospitalier, la FAST-échographie prend tout son sens.

Pour exemple, dans les traumatismes thoraciques et costaux, l’élimination d’un épanchement pleural (gazeux ou liquidien) pourra permettre de libérer un sportif avec un traitement antalgique simple. Au contraire, la présence d’un épanchement conduira à une surveillance armée au PMA (Poste Médical Avancé) en attendant un moyen d’évacuation médicalisé ou un geste thérapeutique urgent si la situation clinique se dégradait (exsufflation ou drainage pleural). Le raisonnement est le même concernant les traumatismes abdominaux fermés.

L’échographie portable à toute sa place dans la surveillance médicale d’évènements sportifs pourvoyeurs d’accidents potentiellement graves. »

Dr Bensalah - Médecin réanimateur

Partager