Partage de connaissances sur l'échographie en situation critique en Érythrée

August 17, 2020

Cela fait plusieurs années que le consultant urgentiste Norbert Pfeufer, MBA, développe et organise des ateliers sur l'échographie pour les anesthésistes d'Érythrée, en Afrique. Il est ainsi venu en aide aux médecins de la région qui sont confrontés chaque jour à de nombreux problèmes, notamment la barrière de la langue et le manque de ressources. M. Pfeufer explique :

« L'Érythtrée est un pays d'une population de 6,3 millions d'habitants, situé dans la Corne de l'Afrique. Le peuple érythréen rassemble une multitude de groupes ethniques et de religions différents, et pour cause : il est composé de neuf nations différentes, possédant chacune sa propre langue. Quand elle a besoin de soins d'urgence, toute cette population se rend dans une seule clinique, l'Orota Referral Hospital d'Asmara, la capitale. Cet hôpital traite des patients venus de tout le pays. Le manque de ressources médicales, tant en termes de consommables que de technologie, pour soigner une si grande population met à mal le système de santé érythréen. »

En instaurant l'échographie comme outil de diagnostic, les médecins espèrent accroître considérablement la qualité des soins qu'ils prodiguent aux patients du pays. Pour ce faire, l'organisation humanitaire Eritrean Hilfwerk Deutschland (EHD) a commencé par financer une formation à l'anesthésie donnée à la faculté de santé d'Asmara grâce à des dons privés, comme nous l'explique Norbert Pfeufer :

« En 2018, j'ai collaboré avec EHD afin de dispenser des cours d'introduction à l'échographie pour les anesthésistes de la faculté. Je savais d'expérience que l'échographie serait bénéfique à ce genre d'environnement. Grâce aux fonds récoltés, nous avons acquis un Sonosite M-Turbo, le même modèle que j'utilise chaque jour dans le service des urgences de ma clinique en Allemagne. J'ai ainsi pu prouver tout l'intérêt d'un tel appareil. »

Au vu du succès des formations financées par EHD, le gouvernement allemand a décidé d'octroyer des fonds publics pour former les médecins de l'Orota Referral Hospital :

« Nous dispensons actuellement une formation à l'échographie qui s'étale sur plusieurs semaines. En plus d'exposer les avantages de cette pratique, nous détaillons les différentes façons dont le M-Turbo peut se rendre utile dans un environnement aussi actif, notamment grâce à sa solidité, sa mobilité et sa simplicité d'utilisation. La clinique dispose de 200 lits pour un grand nombre de spécialités : médecine interne, pédiatrie, chirurgie générale, chirurgie traumatique, ORL, gynécologie, mais aussi urgences et soins intensifs, pour les patients pédiatriques comme adultes. Le caractère portable et flexible du M-Turbo en fait l'outil idéal pour ce type d'environnement, car il s'utilise dans une multitude de situations. »

La démonstration de l'échographie au cours de la formation s'est avérée un véritable succès, si bien qu'il a ensuite été demandé à l'équipe d'utiliser le Sonosite M-Turbo au sein du service de soins intensifs de l'hôpital. « L'échographe a permis de faciliter une procédure de ponction cytologique dans le cou d'un patient, explique M. Pfeufer. De même, l'appareil a été utilisé avec succès lors d'une coniotomie d'urgence, réalisée chez un patient à l'anatomie atypique. Encore une preuve de la polyvalence du M-Turbo et de son utilité dans les environnements où tout va très vite ! »

Depuis les débuts du programme, Norbert Pfeufer et son équipe ont développé un programme complet en plusieurs formations destiné aux médecins érythréens :

« Nos formations couvrent désormais bien plus que les sujets inclus dans le cours d'introduction. Nous abordons aussi les particularités physiques de l'échographie, les artefacts, la configuration matérielle et l'utilité de cette technologie dans le cadre des protocoles d'urgence comme FAST, E-FAST, FATE et RUSH. Les participants bénéficient également d'une formation pratique sous forme de séances quotidiennes en effectif réduit, au cours desquelles l'échographe est utilisé sur des volontaires en bonne santé et sur des patients.

C'est vraiment une expérience formidable. Nous avons récemment passé en revue les protocoles d'urgence, ce qui nous a permis d'utiliser l'échographie sur des patients aux symptômes et pathologies divers : pneumothorax, tamponnade péricardique, thrombose veineuse profonde, valves cardiaques défaillantes, ascites, calculs biliaires... Les participants ont été fascinés par les images cliniques qu'ils pouvaient visualiser, et tous, y compris certains de mes collègues, se sont dit intéressés par l'utilisation de l'échographie pour détecter les pathologies. Leur enthousiasme était vraiment palpable ! Les prochaines formations se concentreront sur l'échographie abdominale, cardiaque, des nerfs, des poumons et gynécologique. De nombreux spécialistes ont même prévu de se rendre à Asmara juste pour y assister. Ces retours sont très prometteurs, et nous espérons continuer sur cette lancée lors des futures formations. »
Partager