Imagerie musculo-squelettique

Des recherches et des données cliniques entérinent l'échographie comme premier examen diagnostique pour de nombreux troubles musculo-squelettiques (TMS). En matière de sécurité et d'efficacité, établir un diagnostic sur base de l'échographie est plus avantageux qu'avec le scanner et l'imagerie par résonance magnétique (IRM).

L'échographie est non invasive, moins coûteuse et offre une image en temps réel

Le diagnostic par échographie est une procédure non invasive, qui offre une image en temps réel et permet d'examiner des structures au repos et en mouvement. Cette capacité à suivre le mouvement des composants musculo-squelettiques différencie l'échographie des autres modalités d’imagerie et permet des diagnostics plus précis. Parmi les autres avantages pour le patient, on peut citer sa portabilité, qui permet de l'utiliser et d'interpréter les résultats au point d'intervention.

Pourtant, pour diverses raisons, les professionnels de la santé se sont progressivement tournés vers des modalités d'imagerie plus onéreuses. L'utilisation de telles modalités d'imagerie, comme le scanner et l'IRM, au détriment d'alternatives moins coûteuses comme l'échographie, ne garantit pas forcément de meilleurs résultats, mais alourdit assurément le coût pour le système de santé comme pour le patient. 

Privilégier l'échographie pour les TMS permettrait d'économiser des millions de dollars

Rien qu'en 2009 aux États-Unis, le scanner et l'IRM comptaient pour 95 % des frais couverts par le système d'assurance-santé toutes modalités d'imagerie des membres confondues. L'échographie, qui est pourtant rentable et évite le risque inhérent d'exposition aux radiations, ne représentait que 5 %. Dans le domaine de l'imagerie, utiliser une approche moins coûteuse et plus sûre ferait sens d'un point de vue médical pour un grand nombre de troubles, et ce, sans compromettre les soins. Un article de Parker et al. publié en 2008 révèle que remplacer l'IRM musculo-squelettique par l'échographie, lorsque que cela est possible, permettrait au système d'assurance-santé (Medicare) d'économiser plus 6,9 milliards de dollars sur la période 2006–2020.1

Répartition des frais couverts par le système d'assurance-santé Medicare en imagerie des membres, 2005–2009 (services facturés par le prestataire seulement)

 

      IRM des articulations des membres supérieurs et inférieurs

      IRM des membres supérieurs et inférieurs

      Scanner des membres supérieurs et inférieurs

      Échographie des membres

Économies pour le système de santé national américain

Réductions estimées des dépenses du Medicare sur l'année 2009 en cas de remplacement du scanner et de l'IRM par l'échographie diagnostique (en millions)

      Blessures de la coiffe des rotateurs

      Blessures de la cheville

Un rapport rédigé par KNG Health Consulting LLC2  révèle que si l'on mettait l'échographie en première ligne des algorithmes de diagnostic, le système de santé national américain pourrait réaliser des économies significatives.

L'analyse des données du Medicare 2009 par KNG a montré que si l'on avait privilégié l'échographie pour diagnostiquer ne serait-ce que 30 % des lésions de la coiffe des rotateurs, à la place du scanner ou de l'IRM, le montant des économies aurait dépassé 31 millions de dollars

Privilégier l'échographie dans seulement 30 % des cas de blessure de la cheville aurait permis d'économiser environ 8 millions de dollars.

Et si l'on avait fait de même pour 70 % des détections de ces deux affections (blessures de la coiffe des rotateurs et de la cheville), le système Medicare aurait économisé plus de 91 millions de dollars.

 

Ce que les clients de la technologie SonoSite MSK pensent de l'échographie pour les lésions tendineuses

« L'échographie au point d'intervention est l'outil idéal pour détecter chez les patients des problèmes au niveau de l'épaule et du coude lors d'un premier diagnostic. Il est très facile de détecter un tendon déchiré au niveau de l'épaule, peu importe celui qui est touché. »En savoir plus

Professeur Markus Scheibel, chef du service épaule et coude, Hôpital universitaire de la Charité de Berlin


Références du rapport

Parker, et al. (2008).  Musculoskeletal imaging: Medicare use, costs, and potential for cost substitution. Journal of American College of Radiology, 182-188.

Koenig, L., Ruiz, D., Cornejo, A. (2011). Potential cost savings from the use of diagnostic ultrasound in the Medicare population. KNG Health Consulting LLC. Préparé pour SonoSite, Inc.

Quelques références supplémentaires

Smith, T. O., Back, T., Toms, A. P., Hing, C. B. (2011). Diagnostic accuracy of ultrasound for rotator cuff tears in adults: A systematic review and meta-analysis. Clin Radiol, 5 (ePub).

Rogers, C. J., Cianca, J. (2010). Musculoskeletal ultrasound of the ankle and foot. Phys Med Rehabil Clin N Am, 21(3), 549-557.

Allison, S. J., Nazarian, L. N. (2010). Musculoskeletal ultrasound: evaluation of ankle tendons and ligaments. CAJR Am J Roentgenol, 194(6), W514.

Morvan, G., Busson, J., Wybier, M., Mathieu, P. (2001). Ultrasound of the ankle. Eur J Ultrasound, 14(1), 73-82.

Swen, W. A., Jacobs, J. W. G., Algra, P. R. (1999). Sonography and magnetic resonance imaging equivalent for the assessment of full-thickness rotator cuff tears. Arthritis Rheum, 42, 2231-2238.