Les blocs nerveux guidés par échographie réduisent le besoin d'opioïdes

Six sur dix décès par surdose aux États-Unis impliquent un médicament opioïde. Entre 2000 et 2015, plus de 500 000 personnes sont mortes à la suite d'une surdose de drogue. Et tous les jours, 91 Américains meurent d'une surdose d'opiacés. 

Faire face à la pire épidémie de drogues dans l'histoire des États-Unis

Cette épidémie a été appelée la pire épidémie de drogue dans l'histoire des États-Unis. Selon les Centers for Disease Control des États-Unis, la quantité d'opioïdes sur ordonnance vendus aux États-Unis a presque quadruplé depuis 1999,  pourtant il n'y a pas eu de changement global dans la quantité de douleur que les Américains rapportent. Les décès dus à la prescription des opioïdes, c.-à-d. des médicaments comme l'oxycodone, l'hydrocodone et la méthadone, ont plus que quadruplé depuis 1999.

Nous savons maintenant que les surdoses d'opioïdes sur ordonnance sont un facteur déterminant dans l'augmentation de 15 ans dans les décès par surdose d'opiacés. Une augmentation de la dépendance à l'héroïne et des décès par surdose s'est ensuivie peu de temps après, lorsque les patients qui avaient développé une dépendance aux analgésiques opioïdes avaient été incapables d'obtenir de nouvelles prescriptions d'opiacés.

Un centre médical passe à l'action pour réduire l'épidémie d'opioïde

Au système de soins de santé de St Joseph de Paterson, New Jersey, le Dr Alexis Lapietra, directeur médical de la gestion de la douleur a observé une dissonance, qui est probablement courante pour les médecins des services des urgences du pays tout entier.

« Je me trouvais dans une chambre, en train de ressusciter un patient qui avait fait une overdose d'héroïne ou un autre opiacé, et quelques lits plus loin, des patients recevaient une prescription d'opiacés contre la douleur », explique le Dr. Lapietra, qui avait réalisé que les overdoses d'héroïne commençaient souvent par une prescription d'analgésiques opioïdes au sein même des urgences.

Alors que le gouvernement fédéral était lent à réagir à l'épidémie, les différents hôpitaux et centres médicaux ont lancé leurs propres initiatives pour commencer à répondre à cette grave crise de santé. Réalisant que les opiacés sur ordonnance alimentaient l'épidémie de l'addiction,St Joseph a pris la décision audacieuse de réduire considérablement le nombre d'ordonnances d'opiacés provenant de son propre service des urgences tout en maintenant un contrôle de la douleur exceptionnel chez ses patients.

Des méthodes non-opioïdes pour combattre la douleur dans le service des urgences et au-delà

L'hôpital St Joseph de Paterson dispose du deuxième service des urgences le plus actif aux États-Unis, avec 175 000 patients en 2016. Ce service a lancé le programme ALTOSM (ALTernatives aux Opioïdes) en janvier 2016.

Ce programme consiste à utiliser des substances non-opioïdes ciblées, des injections aux points gâchettes, du protoxyde d'azote, des blocages nerveux guidés par échographie et même la méditation pour soulager la douleur des patients souffrant de blessures graves comme des os brisés ou présentant d'autres problèmes comme des migraines.

Le Dr. Lapietra décrit un patient qui a reçu un blocage nerveux guidé par échographie lorsque le programme ALTOSM a été initialement lancé, une femme de 89 ans avec une fracture de la hanche.

« La douleur d'une fracture de la hanche est exquise, dit le Dr. Lapietra. Les patients souffrent beaucoup. Ils ne peuvent pas se déplacer ; ils ne peuvent pas bien respirer. Et 5 à 10 minutes après le blocage nerveux [guidée par échographie], elle ne ressentait plus aucune douleur. »

Mais pourquoi utiliser l'échographie pour faire les blocages nerveux ?

« L'élément essentiel est la précision, et un échographe nous permet d'être précis », dit Judy Padula, vice-présidente du service des soins pour les patients et responsable en chef du personnel infirmier au centre de santé St Joseph.

Les blocages nerveux régionaux sont généralement utilisés par les anesthésiologistes, mais de plus en plus souvent, les médecins des urgences les utilisent pour soulager les patients souffrant de douleur aiguë.

Chaque patient compte

Le programme a été adopté à l'unanimité par la communauté desservie par St Joseph.

« Nous avons eu des gens, qui sont en cours de rétablissement, qui sont venus à notre service des urgences [pour le traitement de la douleur], parce qu'ils ne voulaient plus recevoir des opioïdes, explique le Dr. Mark Rosenberg, président du service des urgences à l'Initiative pour la santé de population de St. Joseph. Cela [...] a permis de diminuer le coût des soins tout en améliorant les soins apportés à la personne. »

Apprendre comment améliorer la qualité des soins

Augmenter la sécurité des patients et éliminer les complications vous intéressent-ils ?La solution SonoSite permet d'améliorer la qualité en toute simplicité.  Cliquez ici pour demander l'accès à ce centre de ressources précieuses.