Moins de piqûres, des millions économisés grâce au guidage sous échographie

Imaginez que vous essayez de poser une voie intraveineuse dans le bras d'un enfant qui pèse moins de 2 kilogrammes, ou d'un patient adulte pesant plus de 225 kilogrammmes. Ou encore que vous êtes en train de placer un PICC line sur un petit enfant agité.

Lorsque vous travaillez avec de petits patients vulnérables, chaque piqûre d'aiguille et chaque minute passée comptent vraiment.

Accéder à l'anatomie vasculaire difficile grâce à l'échographie

« Faire une prise de sang à un enfant est parfois très difficile », dit William Copeck, infirmier en chef au Valerie Fund Children's center pour les enfants atteints de cancer pédiatrique et de troubles sanguins (qui fait partie du système de santé St Joseph), en présentant le programme d'accès vasculaire guidé par échographie de son centre. « Avant le programme d'accès vasculaire, nous devions avoir plusieurs infirmières dans la salle, parfois pour maintenir l'enfant en place et le tenir suffisamment immobile, afin de pouvoir installer un cathéter. C'est traumatisant pour les enfants, les parents et parfois pour nous également. »

Qu'il s'agisse d'injections de médicaments ou de prélèvements de sang, l'équipe du Valerie Fund Children's Center reconnaît que cela vaut la peine d'examiner toute solution pouvant mettre ses patients plus à l'aise.

L'accès vasculaire guidé par échographie réduit le temps et la douleur

Le centre médical régional de St Joseph, situé à Paterson, dans le New Jersey, abrite le deuxième service d'urgence le plus actif du pays, avec plus de 175 000 patients en 2016. L'un des soucis majeurs de la direction et des praticiens consiste à rechercher de nouvelles façons d'offrir aux patients une meilleure expérience globale.

Lorsque le centre St Joseph a introduit son programme d'accès vasculaire guidé par échographie, celui-ci n'imaginait pas la différence que ferait cette technologie. En effet, le programme a permis de former le personnel infirmier à l'utilisation de l'échographie pour accéder à des vaisseaux très difficiles à localiser.

« Avant de disposer de la technologie d'échographie SonoSite, nous avions beaucoup de patients que nous devions piquer plusieurs fois, provoquant souvent des hématomes... », dit Judy Padula, vice-présidente du service des soins pour les patients et responsable en chef du personnel infirmier au centre de santé St Joseph. « Cela peut sembler anodin, mais la mise en place d'une voie intraveineuse peut faire réussir ou échouer leur traitement. »

L'échographie permet aux spécialistes de St Joseph de visualiser clairement les structures vasculaires auxquelles ils ont besoin d'accéder en temps réel. Cela permet un placement plus précis de l'aiguille et donc beaucoup moins de tentatives sont nécessaires.

« Grâce à l'échographie, dit Matthew Ostroff, responsable du Programme d'accès vasculaire, nous pouvons localiser la veine avant d'insérer l'aiguille, et nous pouvons voir notre aiguille pénétrer dans la veine. »

Avant que le centre St Joseph ne commence son programme d'accès vasculaire spécialisé, la plupart des prestataires de soin ne considéraient pas que l'échographie au point d'intervention pouvait constituer un élément essentiel de leur travail avec les enfants malades.

« Ce n'était même pas quelque chose que nous avions envisagé », dit Copeck

Et maintenant ?

« Je dis aux gens qu'ils sont fous s'ils ne l'utilisent pas. Il m'est difficile d'expliquer combien cette technologie est importante à nos yeux »

« Il faut environ 40 à 45 minutes au chevet du patient pour faire un PICC, explique Ostroff. Lorsque nous sommes en mesure de poser à la place un voie veineuse périphérique guidé par échographie [intraveineuse], cela prend cinq à 10 minutes. Nous avons essentiellement changé l'ensemble du paysage relatif à la pose de voies intraveineuses.

Une économie de 3,5 millions de dollars grâce à POCUS

La volonté de faire vivre une meilleure expérience au patient a accéléré l'adoption du programme d'accès vasculaire, mais les économies phénoménales que le programme a permises de réaliser ont été une agréable surprise. 

Depuis la mise en œuvre du programme d'accès vasculaire en février 2014 et décembre 2016, St Joseph a réalisé un niveau remarquable et inattendu d'économies, près de 3,5 millions de dollars au total. Pour en savoir plus, lisez l'article de Becker ici

Diminution du nombre de patients envoyés en radiologie + séjours plus courts dans le service des urgences = 2,5 millions de dollars d'économies

Les patients ne peuvent pas être admis à l'hôpital (en dehors du service des urgences) tant qu'un abord vasculaire n'a pas été obtenu. Dans le cas des enfants et des adultes difficiles à piquer, la possibilité d'insérer rapidement et efficacement une intraveineuse périphérique peut raccourcir la durée du séjour aux urgences et le coût global de séjour à l'hôpital, de manière significative.

Lorsque le personnel soignant peut utiliser les ultrasons pour guider le placement de l'aiguille, le recours à la radiologie est minimisée, réduisant d'autant le coût des soins par patient.

Choisir un PIV plutôt qu'un PICC = 1 million de dollars d'économies

Le fait de préférer aux PICC l'insertion de cathéters intraveineux périphériques (IPV) guidés par échographie a permis d'économiser environ 250 dollars en frais de cathéter par insertion.

Vous voulez en savoir plus sur la solution SonoSite pour les poses de voies veineuses périphériques difficiles ?

Téléchargez cette présentation du programme pour en savoir plus sur la solution clinique qui améliore les taux de réussite des poses de voies veineuses périphériques difficiles. Vous voulez accéder au site SonoSite Solution ? Cliquez ici pour demander un compte aujourd'hui.